Home > Actualités > Le projet eGROUNDWATER vise à mettre en œuvre des systèmes d’information avancés pour améliorer la gestion des eaux souterraines

Le projet eGROUNDWATER vise à mettre en œuvre des systèmes d’information avancés pour améliorer la gestion des eaux souterraines

L’Institut d’ingénierie de l’eau et de l’environnement de l’Université polytechnique de Valence (IIAMA-UPV) coordonne le projet eGroundwater (Science citoyenne et systèmes d’information basés sur les TIC pour l’évaluation, la modélisation et la gestion participative durable des eaux souterraines). Cette recherche permettra de développer une plateforme de gestion qui représentera une innovation technologique dans la manière d’acquérir, de traiter et d’utiliser les données sur les eaux souterraines. Un groupe de centres d’Algérie, d’Espagne, de France, du Maroc et du Portugal participe à ce projet.

Le projet, qui durera quatre ans, se concentrera sur différentes études de cas dans lesquelles des travaux seront effectués sur le développement et la mise en œuvre de la plateforme, dans le but de déterminer des stratégies et de comprendre l’impact que ces actions ont sur l’amélioration environnementale des écosystèmes. Plus précisément, les chercheurs de l’IIAMA étudieront l’aquifère Requena-Utiel, qui a récemment été déclaré en mauvais état quantitatif, ce qui rend nécessaire l’élaboration et l’application d’un plan d’exploitation pour garantir sa durabilité, qui comprend des mécanismes de mise en œuvre pour garantir le contrôle de l’utilisation de l’eau.

Les partenaires algériens concentreront leurs recherches sur l’oasis de Timimoun, où l’agriculture traditionnelle dans les zones de l’oasis de Foggaras est menacée par la récente prolifération des puits d’irrigation qui font baisser le niveau de la nappe phréatique.

Les chercheurs marocains se pencheront également sur le cas de l’aquifère Aim TImguenay, dont la petite taille et le petit nombre de parcelles agricoles irriguées à partir de celui-ci constituent un obstacle à la mise en œuvre de systèmes d’information traditionnels, car les agriculteurs n’en ont pas les moyens.

Enfin, l’aquifère de Campina de Faro au Portugal connaît un certain nombre de problèmes tels que la pollution de la lagune de Ria Formosa par les nitrates provenant des activités agricoles et la baisse progressive du niveau des eaux souterraines due à l’important développement touristique dans sa partie occidentale.