AQUIFÈRE CAMPINA DE FARO

Portugal

Informations sur l'aquifère

Emplacement
Algarve central, sud du Portugal (Portugal)
Taille
86.4 km²
Usage de l'eau
Tourisme, agriculture, irrigation de jardins privés

Description

Le système aquifère de Campina de Faro, situé en Algarve, a une superficie d’environ 86,4 km².

Selon le dernier plan de gestion du bassin, le système aquifère de Campina de Faro est classé en mauvais état qualitatif à l’Est et mauvais état quantitatif à l’Ouest. Le système aquifère le plus à l’est est une zone où les pressions agricoles sont importantes, ayant entrainé un apport élevé de nitrates dans l’aquifère au cours des 50 dernières années.

D’autre part, le système aquifère le plus à l’ouest est une zone très touristique, célèbre pour ses terrains de golf, et a montré des tendances à la baisse du niveau des eaux souterraines au cours des 20 dernières années, ayant entrainé une intrusion d’eau de mer.

Le rôle de l’écoulement des eaux souterraines comme vecteur de transport des nutriments vers la lagune côtière protégée Ria Formosa a été bien établi. Les premières estimations de la contribution de l’azote (N) des eaux souterraines, basées sur le bilan hydrique régional et les charges en N pour l’ensemble du bassin versant de la lagune, sont de l’ordre de 700 tonnes/an.

Localisation et Extension

Région de l’Algarve, au sud du Portugal. Zone aquifère de 86,4 km² déversant de l’eau dans l’habitat protégé de la lagune de Ria Formosa.

Défis

L’engagement des parties prenantes et des décideurs dans un nouveau paradigme de gestion participative est le principal défi.

Oportunités

OPPORTUNITÉS

Amélioration de la compréhension des points suivants :

  • Les pressions humaines agissant sur le système aquifère.
  • Comportement hydraulique.
  • État quantitatif et qualitatif.
  • Les relations avec les masses d’eau en Relation.

Cette meilleure compréhension ouvre la possibilité d’explorer le développement d’un nouveau modèle de gestion des eaux souterraines.

Le projet y contribuera également :

  • À renforcer les capacités dans la région,
  • À améliorer les données
  • À détecter les goulets d’étranglement en mettant en place un cadre pour la gestion durable des eaux souterraines
  • À développer des indicateurs quantitatifs pour les relations cycliques de cause à effet entre les forces motrices.

Ces indicateurs quantitatifs seront construits sur la base des Technologie de lnformation et de la Communication (TIC) qui, combinés à une approche de science citoyenne, fourniront des systèmes d’information améliorés. Des modèles mathématiques seront ensuite utilisés pour aider à quantifier ces indicateurs, qui seront transmis aux parties prenantes. Les impacts des solutions alternatives de gestion seront discutés dans un cadre participatif. L’implication des parties prenantes augmentera considérablement la probabilité de son adoption

Cuadre Juridique

  • En termes de gestion de l’eau, Campina de Faro est actuellement séparé en deux systèmes distincts par l’administration gestionnaire de bassin. Dans le système oriental (sous-système Faro), dont la recharge est de 6,2 hm3/an, l’agriculture est la principale utilisation de l’eau,. Elle représente environ 88 % du prélèvement total d’eau (3,22 hm3/an).
  • Dans le système occidental, le sous-système Vale do Lobo, avec une recharge de 4,6 hm3/an, les principaux secteurs responsables du prélèvement d’eau sont le secteur du Golf, responsable de 41 % (2,7 hm3/an) du prélèvement total d’eau et les “autres usages, parmi lesquels le secteur touristique est inclus, qui représentent 48 % (2,55 hm3/an) du prélèvement total d’eau.
  • Plusieurs puits sont conservés comme réserve pour l’approvisionnement en eau potable en cas de pénurie d’eau (actuellement, la compagnie régionale d’approvisionnement en eau potable utilise une part optimisée des sources d’eau de surface et souterraines, mais aucune de cet aquifère).
  • L’Agence portugaise de l’environnement est responsable de la gestion des ressources en eau, y compris de l’octroi de licences pour les prélèvements et l’utilisation des terres.

Activités

  1. Démontrer les avantages des systèmes d’information sur les eaux soutertraines (SIES) pour l’évaluation et la modélisation des ressources. Evaluer l’impact comment le SIES permet de réduire l’incertitude relative à l’estimation des paramètres hydrogéologique et des bilans hydrologiques.
  2. Étudier l’impact de l’incertitude du modèle conceptuel d’écoulement des eaux souterraines.
  3. L’objectif est de confronter la vision scientifique avec les connaissances locales non scientifiques afin d’améliorer les modèles conceptuels des aquifères. Des modèles globaux et distribués seront développés ou mis à jour et utilisés pour simuler la réponse hydrogéologique de l’aquifère à différentes conditions.
  4. Étudier l’impact des nouvelles données sur l’incertitude conceptuelle.
  5. L’objectif est d’évaluer l’impact des méthodes de collecte de données sur l’incertitude conceptuelle des modèles, et de fournir des recommandations pour réduire l’incertitude en collectant des données de manière plus cout-efficace.
  6. Étudier l’impact des nouvelles données sur l’incertitude des paramètres. Des méthodes telles que l’estimation de l’incertitude de probabilité généralisée seront utilisées pour traiter l’incertitude des paramètres.

Plus d’informations

Si vous avez besoin de plus d'informations ou de détails sur cette affaire, veuillez nous contacter